Publié le : 31 décembre 20194 mins de lecture

Actuellement, toutes les nations optent pour la coopération éducative. Le vent de la politique qui souffle engendre une nouvelle stratégie diplomatique internationale. La géopolitique évolue, la majorité des états du monde adapte cette nouvelle forme de démarche mondiale. La coopération éducative entre pays entretient les relations bilatérales et multilatérales.

Le principe d’une coopération éducative

La coopération éducative semble un outil dont l’objectif parait l’élaboration d’un programme de formation adapté à l’évolution de la politique. Elle vise à intégrer dans les programmes scolaires les pratiques de l’éducation à la diversité socioculturelle. Les échanges dans les domaines linguistique et pédagogique paraissent la priorité d’un processus de coopération éducative entre les nations.

La coopération avec les pays scientifiquement et technologiquement avancés demeure essentielle pour un échange de savoir-faire et une acquisition de compétence. Avec les pays émergents, les échanges se focalisent sur la promotion du programme national de formation. Quant au pays en développement, le transfert d’expertises reste prioritaire.

Les coopérations bilatérales

La coopération bilatérale en matière d’éducation favorise les échanges entre les enseignants. Elle développe aussi la mobilité des étudiants dans le domaine de la formation professionnelle. Les partages interculturels et de l’éducation artistique paraissent essentiels pour établir une vision commune sur le plan pédagogique. Par exemple, la coopération franco-allemande promeut l’apprentissage de la langue française et de la langue allemande dans les programmes scolaires. Elle encourage aussi les stages pratiques des élèves, des enseignements et des chefs d’établissements.

La visibilité sur la scène mondiale devient une préoccupation majeure pour la république. Afin de renforcer les coopérations internationales, le développement des projets pédagogiques innovants s’avère capital. Le recrutement des enseignants étrangers et l’augmentation du nombre d’étudiants bénéficiaires de formations mettent indirectement en évidence la visibilité internationale.

Les visées des coopérations éducatives multilatérales

La coopération avec l’Union européenne met en avant les échanges interculturels. Un projet « Politiques et pratiques de l’éducation à la diversité socioculturelle » convoite la mise au point des références européennes. Ces références ambitionnent l’appropriation des valeurs fondamentales qui engagent l’agrément des diversités culturelles et scolaires. Selon ce plan, la transmission de la gouvernance démocratique à l’école semble le but de la formation des enseignants.

Sur le plan international, la coopération éducative par le biais de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) demeure cruciale. La vulgarisation de la langue française associée aux cultures francophones et la promotion de la paix, de la démocratie et les droits de l’homme restent fondamentaux.

Les objectifs des coopérations éducatives multilatérales varient en fonction de la zone géographique cible et l’orientation politico-stratégique.